Carrière Professionnelle·Immobilier·Inspiration·malin·Mobilité sociale·Motivation·Réussir sa vie·Voyage

Vivre dans la ville la plus riche de France, le bilan d’un banlieusard

« Dis-moi où tu habites et je te dirai qui tu es » – JungleToi

Bonjour à toutes et à tous,

Dans cet article, je vous dresse un bilan de ma 1ère année de vie à Neuilly-Sur-Seine, la ville la plus riche de France avec un patrimoine moyen déclaré de 5,44 millions d’euros*.

Je n’aurais jamais imaginé un jour vivre à Neuilly-Sur-Seine, moi, le banlieusard de Cergy, habitué aux quartiers populaires, plutôt jeunes et mal fréquentés.

Pour différentes raisons : proximité du travail, qualité de vie, propreté, etc., je me suis installé dans un autre monde. Celui à l’opposé total d’où je viens.

J’ai découvert une très belle ville, berceau de ce que Bourdieux appelle les “héritiers”, Neuilly-Sur-Seine. J’en ai au passage enfin compris un peu plus la définition : des générations profitant d’un statut et capital social et culturel très privilégié aux portes de la Défense.

D’un point de vue de la richesse, la ville dispose de la palme d’or avec ses plus de 7000 contributeurs de l’Impôt Sur la Fortune (ISF). Entre quelques discrètes stars croisées le matin en faisant mon jogging et de nombreux promeneurs de chiens, la ville est très calme, verdoyante, fleurie et plutôt bien agencée.

Elle dispose de caméras de sécurité à peu près partout et je reçois régulièrement, à la maison des pubs pour acheter des portes blindées. Paradoxalement, il n’y a pas nécessairement de cambriolages à Neuilly-Sur-Seine mais la population assez seniore aime se sentir en sécurité.

IMG_20180424_134856_238.jpg

1) Comment comprendre une ville au-delà de ses apparences ?

Pour comprendre un environnement, le mieux est de rencontrer les personnes qui y vivent, de leur parler : dans un parc par exemple, chez le boucher, le fleuriste ou encore la gardienne, tout simplement, qui sait absolument tout du quartier.

Pour le coup, il n’y a pas grand chose à raconter. La discrétion est de mise, les gens sont très respectueux, plutôt traditionnels dans leurs convictions et pas si ostentatoires que cela. Je pense que le 16ème arrondissement de Paris ou Cannes aiment un peu plus la brillance.

D’un point de vue immobilier, oubliez et restez locataire. La rentabilité n’est pas un mot approprié ici. Il n’y a que des chambres de bonnes pour “les investisseurs en herbe” avec des loyers plafonnés (350 euros pour 9m2).

Les appartements quant à eux présentent tous de belles surfaces (100 m2 environ), des “HLM” de luxe, donc la facture au mètre carré est très rapidement salée.

Un moyen de s’investir dans la ville est de se rendre dans une association locale. Chose faite : j’aide une association, composée de retraités catholiques et protestants, à remplir sa mission d’insertion sociale.

Ils déplorent, malheureusement, que je sois le seul trentenaire de leur association depuis sa création.

 

20180612_154513.jpg

2) Le marketing d’une ville

Je n’aurais pas cru qu’une ville puisse connoter autant dans l’imaginaire collectif. Personnellement, je me définis comme une personne pragmatique, simple et efficace. Ma principale motivation pour le choix de cette ville était sa proximité à mon travail.

La société aime poser 3 types de question : “Comment tu t’appelles ?”, “Quel est ton job ?” et “D’où viens-tu ?”. Étonnamment, c’est ma dernière réponse qui change le plus l’état de mes interlocuteurs. Ils deviennent soit très admiratifs soit un peu jaloux ou au contraire étonnés.

En fait, tout dépend du statut de la personne à qui je parle et de sa connaissance de la ville.

Un banlieusard ou un provincial sera plutôt admiratif, un fêtard trentenaire plutôt étonné et un cadre lambda reviendra sur ma situation professionnelle pour vérifier mes capacités financières à vivre à Neuilly-Sur-Seine.

Neuilly-Sur-Seine se vend et s’exporte même à l’étranger.

Sa connotation sur un CV est d’autant plus puissante. Un trentenaire à Neuilly-Sur-Seine doit coûter cher à recruter, c’est ce que j’ai découvert, car votre domiciliation est un critère discriminatoire. Personne ne le dit aussi clairement dans les entretiens mais cela joue plus que le département du 95. J’ai un amis en Suisse avec qui j’ai partagé ce point et qui lui aussi à été propulsé socialement dans des sphères assez importantes.

Il me disait que le marketing de la ville joue un rôle fondamental dans les interactions aux autres.

IMG_20180418_195707_654.jpg

3) Trouver une ville qui correspond à son style, plus qu’à l’opinion

Vous aimez la fête, allez vivre dans certains quartiers comme Pigalle, République, Mouffetard, etc.

Vous aimez les grands axes Haussmannien, alors privilégiez le 17ème arrondissement de Paris, par exemple.

Vous êtes plutôt business, le quartier de la Défense est fait pour vous ; mais détrompez-vous sur ce secteur, qui sait aussi faire la fête et qui dessert Paris très facilement via la ligne 1 du métro.

Ce qui est important c’est d’être dans une ville ou un endroit où vous vous sentez bien.

Pour ma part, j’aime la verdoyance, la propreté, l’accessibilité, alors que la ville soit Neuilly ou Cergy, qui est une ville aussi verdoyante et accessible via le RER A, peu importe car ce qui compte, c’est d’être en accord avec soi-même et son mode de vie.

Ne vous laissez pas perturber par le regard de la société ou apprenez à vous en servir comme une arme de vente.

Souvenez-vous que vous n’avez de comptes à rendre à personne 😉

20180506_205631.jpg

Romain

*DGFip/Challenges construable à l’ISF

Vous pouvez regarder les statistiques publiques par ville https://www.impots.gouv.fr/portail/statistiques

4 réflexions au sujet de « Vivre dans la ville la plus riche de France, le bilan d’un banlieusard »

  1. Pareil, j’habite à Neuilly depuis un an pour la proximité de travail. En tant qu’une étrangère, je n’ai jamais regardé Neuilly par son statut social avant de déménager ici. Maintenant, je commence à réaliser l’ambiance complètement différente à Neuilly quand je me rends à l’est de Paris. Quelque soient des jeunes et des personnes âgés (en majorité), il me semble que les Neuilléens vivent dans une bulle, un monde de bisounours. Mais derrière, c’est aussi des Neuilléens qui guident le monde du business.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s